La notion de responsabilité sociétale des entreprises est devenue un avantage compétitif majeur. Sa corrélation est aussi vraie : une société hermétique à la RSE aura son nom sur la liste noire des nouveaux actifs du marché. Mais si vous comptez seulement mettre une étiquette RSE sur un coin de porte de votre boite, vous risquez un mauvais calcul. ⚠️

Pour lancer une stratégie RSE concrète, efficace et durable, il faut s’assurer de son intégration dans l’équipe, de son portage par la direction, et de son guidage par un RSE management.

Qu’est-ce que le management responsable ? Comment faire bouger vos lignes managériales pour faire du RSE management le saint Graal de vos leaders ?
Permis de bouger vous susurre quelques idées. 🤫

SOMMAIRE :

- En préambule… définition du management RSE.

- Œuvrer pour le bien commun

- Faire des ODD le fil conducteur du RSE management

- Sortir des formes de leadership classiques pour un RSE management basé sur la confiance

- Première forme de pouvoir : le pouvoir hiérarchique

- Deuxième forme de pouvoir : l’autorité de compétence

- Troisième forme de  pouvoir : empowerment et influence

- Se former au RSE management

- Miser sur un management de la participation

- Démontrer le lien entre RSE management et productivité

- Créer des événements de cohésion et de célébration autour de la RSE au sein de l’entreprise

- Intégrer dans son RSE management les valeurs intrinsèques... de la RSE

- Lutte contre les discriminations

- Santé au travail

- Qualité de Vie au Travail


En préambule… définition du management RSE.


Comme très souvent, votre rédactrice aime bien repartir de la définition des mots pour savoir exactement de quoi on parle. Dans RSE management, il n’y a que deux mots. Alors c’est parti !

🟢 RSE : La responsabilité sociétale des entreprises, concept né dans les années 1960, désigne la prise en compte par les entreprises des préoccupations liées au développement durable dans leurs activités
💼 Management: c’est l’art de diriger des équipes et de prendre les décisions stratégiques nécessaires à la réalisation de ses objectifs

Le management, traditionnellement lié à des notions d’objectifs chiffrés, trouve ici un revirement à 180 degrés . Avec la notion de responsabilité sociétale, on arrive à une approche rousseauiste (et pascalienne) de l’entreprise : tout en gardant ses objectifs chiffrés en ligne de mire, le RSE management s’ancre dans le social, dès lors que des particuliers sont liés entre eux par le même intérêt. La volonté générale de participer à un monde meilleur devient un principe normatif, une idéalité partagée.

C’est de cette définition-là que découlent les 8 conseils qui vont suivre pour intégrer la RSE au management de vos équipes.


1. Œuvrer pour le bien commun 🤝

Le manager responsable doit donc avant tout œuvrer au bien commun : il préfère les projets communs aux trajectoires individuelles, recherche l’harmonie, l’unisson…Le RSE management, c’est la façon dont le chef d’orchestre assure la symphonie des musiciens. Les individus particuliers travaillent de concert, avec leurs compétences propres, pour assurer un ensemble cohérent mené par une baguette approuvée de tous. 

Dans le « top 10 » des comportements d’un RSE management attendus à l’avenir, le fait d’œuvrer pour le bien commun prend ainsi la pole position, devant le fait de  s’engager, d’être expert ou charismatique. 

Encore faut-il trouver cette thématique commune qui fait consensus. 

2. Faire des ODD le fil conducteur du RSE management 🌱

Depuis le manifeste étudiant pour un réveil écologique, cette thématique commune semble on ne peut plus claire : les actifs prennent parti pour un renouveau de la société qui s’inscrit dans une vision systémique et englobe les exigences du développement durable telles que définies par la norme ISO 26000.

Nous voulons travailler pour des entreprises qui intègrent, au cœur de leur stratégie, les questions écologiques, et qui sont prêtes à entamer la transformation profonde qui est nécessaire.

- Margot Besseiche & Benoit Halgand, colloque sur le développement durable
[JUIN 2019]

Les anciennes qualités de leader, telles que savoir choisir, être le meilleur, assumer ses actes, ne font donc plus consensus. En RSE management, le leader héros qui donne le cap et rassure, cède la place à un manager fédérateur autour d’idées RSE friendly, de projets de transformation durable. Il sait créer les conditions du développement responsable de l’entreprise et de ses équipes.

3. Sortir des formes de leadership classiques pour un RSE management basé sur la confiance 🙈

Dans l’épisode 272 de son très bon podcast Outils du manager, Cédric Watine fait la distinction entre trois formes de management, dont seule la troisième mérite d’être suivie aujourd’hui.

Première forme de pouvoir : le pouvoir hiérarchique 👿

Ce type de management autoritariste prend l’organigramme comme fondement de l’entreprise et légitimation de l’autorité hiérarchique : plus on est haut dans l’organigramme, plus on a de pouvoir. C’est la forme de leadership la plus inefficace et bannie des Millenials. Elle tue la créativité, engendre départ, insatisfaction et absentéisme. 

Deuxième forme de pouvoir : l’autorité de compétence 🙅

Le plus pérenne pour la performance d’une entreprise, ce sont ses experts. Mais donner le pouvoir aux meilleurs est dangereux. Pour rester en haut, le manager peut faire obstacle à la créativité des autres et empêcher les expertises individuelles de progresser

Troisième forme de  pouvoir : empowerment et influence 👍

Le meilleur type de management est aujourd’hui le RSE management, qui mise sur l’empowerment et la confiance dans les compétences des autres. Le bon manager est celui qui sait influer, guider, accompagner les salariés en les plaçant dans des positions de réussite. C’est ce type de management qui fait performer les gens dans l’entreprise, qui les attire et les fait rester. 

Pour qu’un patron transforme son mode organisationnel fondé sur la méfiance et le contrôle en un mode fondé sur la confiance et l’autocontrôle, il doit ressentir le besoin fondamental de faire confiance à l’intelligence des gens, ce qui implique des valeurs telles que le respect, la considération, l’humilité.

-
Isaac Getz, L’entreprise libérée, comment devenir un leader libérateur et se désintoxiquer des vieux modèles


4. Se former au RSE management 🎓

Ce type de RSE management basé sur l’empowerment et l’influence émerge juste. Il séduit, mais il est encore trop peu connu. La RSE elle-même est un sujet nouveau, complexe, multiple, en devenir. Il y a de fortes chances pour que vos managers en poste n'aient pas suivi dans leur formation initiale de module spécifique sur ce sujet. Il s’avère alors nécessaire de former vos équipes pour créer un socle commun de connaissances et permettre de parler la même langue. 

Fidèle à ce que nous prônons chez Permis de bouger, nous ne pouvons d’ailleurs que vous inciter à infiltrer la démarche RSE dans la totalité des maillons de l’entreprise pour faire vivre cette culture RSE dans la durée

Journées de séminaires, formations financées par le CPF, actions de mécénat de compétences, webinaires, web échanges, seront autant de pistes pour former vos équipes à ce nouveau type de RSE management.


5. Miser sur un management de la participation 🙋

Selon le baromètre BVA-Bluenove de l’intelligence collective massive : “Où en sont les grandes entreprises françaises”, si 71% des chefs d’entreprise se disent satisfaits de l’attention portée à leurs salariés, seuls 25% de ces derniers partagent cet avis… On dirait bien que le bât blesse... 🙄

En RSE management, cette mise au ban de l’intelligence collective n’est plus acceptable. Le manager responsable devient un animateur d’équipe qui sollicite, met à contribution, écoute et tire le meilleur parti de tous les acteurs de l’entreprise. Le manager n’impose pas de note de service, il cherche la participation de toutes les parties prenantes. 

Louise Browaeys, dans son livre L’entreprise responsable et vivante, parle des “parties comprenantes et apprenantes” qui englobent les parties prenantes internes et externes de l’entreprise : salariés, fournisseurs, collaborateurs, clients, syndicats, pouvoirs publics, collectivités locales, actionnaires, riverains...

L’élaboration des solutions se fait ainsi en co-construction, ce qui permet à la fois :

👉 Une émulation des idées, par le principe de brainstorming et d’engagement : le RSE management va chercher toutes les idées potentielles.

👉 Une émergence de pépites liées à l’utilisation de l’intelligence collective (1000 cerveaux consultés valent plus qu’un seul qui réfléchit dans son coin) : le RSE management, c’est piocher dans les bonnes idées pour faire émerger la meilleure solution

👉 Une implication forte des acteurs qui se sentent écoutés et mis en valeur dans leur structure, qui s’emparent du projet avec conviction puisqu’ils en sont les co-acteurs 


6. Démontrer le lien entre RSE management et productivité 🔗

Cette implication forte des différents acteurs de l’entreprise a une conséquence directe sur la productivité de l’entreprise. Si le manager doit avoir les yeux rivés sur autre chose que les seuls objectifs chiffrés, nous ne sommes pas idiots non plus à vous dire que les chiffres n’ont pas d’importance. Qu’est-ce que vous croyez ? On a notre boutique aussi, on sait comment ça fonctionne ! 😏

Ce qu’on vous dit, c’est que le RSE management, en déployant les compétences de chacun, libère aussi la créativité, l’épanouissement, la compétitivité et l’engagement de vos équipes. Le RSE management a donc un impact très positif sur les employés. Les entreprises disposant d’une bonne stratégie managériale autour de la RSE peuvent ainsi :

💯 améliorer leur performance (productivité augmentée jusqu’à 13% du fait de la motivation et de l’investissement des salariés)

👋 augmenter le taux de rétention des employés (réduction de 50 % du taux de roulement)

💎 favoriser le recrutement de la main-d’œuvre (attractivité et notoriété de l’entreprise) 


7. Créer des événements de cohésion et de célébration autour de la RSE au sein de l’entreprise 🎉

Pour maintenir ce cercle vertueux : participation / investissement / performance, il faut saisir les occasions de renforcer toujours davantage la participation initiale. Le RSE management, parce qu’il s’articule autour d’un système de valeurs communes, est un outil puissant pour créer et entretenir de la cohésion. 

Semaines du développement durable, semaine de la QVT, journée mondiale de l’eau, quinzaine du compostage, journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail, journée mondiale de la biodiversité… les rendez-vous ne manquent pas pour célébrer les performances RSE de votre entreprise ou organiser des séminaires en lien avec les thématiques RSE qui font sens au sein de votre société. 

Le RSE management est d’autant plus efficace qu’il arrive à s’emparer avec sincérité de ces événements pour fédérer les collaborateurs et renforcer la fierté de travailler pour une entreprise responsable. 🌳

Pour exemple, on peut citer le Responsib’All Day de chez Pernod Ricard : une journée placée sous le signe du développement durable, durant laquelle les 19 000 collaborateurs de l’entreprise, dans 86 pays, s'associent à des acteurs locaux pour participer à des projets associatifs divers. 

La Convivialité c’est avant tout le partage, entre individus comme avec nos communautés et avec les citoyens du monde entier, une notion profondément ancrée dans les valeurs du Groupe. C’est donc l’occasion pour chaque collaborateur d’agir comme hôte passionné et invité respectueux, créant de la valeur partagée pour tous.

- Communiqué de presse de Pernod Ricard


8. Intégrer dans son RSE management les valeurs intrinsèques... de la RSE 🤗

Lutte contre les discriminations ✊


Le rapport « The Workforce View in Europe 2020-Pre-Covid » montre que 58% des salariés ne sauraient pas à qui s’adresser dans leur entreprise en cas de discrimination, et que 65 % n’oseraient même pas évoquer le problème. Le RSE management doit donner des positions claires à ce sujet : prévention, formation, parité professionnelle (et tant qu’à faire, autant commencer par une parité dans l’équipe des managers !) identification des personnes-ressources et incitation à la parole sans crainte de représailles 

La politique de recrutement, de rémunération, de management et de gestion RH dans une entreprise doit aujourd’hui être basée sur l’égalité professionnelle, la diversité et les droits humains, le maintien dans l’emploi des jeunes, des seniors et des personnes handicapées... ☝️


Santé au travail ❤️


19 % des Français déclarent connaître un stress quotidien au travail. Dans un précédent article, nous avions déjà parlé de l’importance de prendre soin de la santé mentale des salariés. Le RSE management, c’est aussi trouver des idées innovantes, consensuelles et efficaces pour préserver cette bonne santé. Quelques idées :

🌷 Mettre à disposition des salariés des produits BIO ou locaux : machine à café, tisanerie, livraison de paniers-repas le midi, point de collecte de produits d’AMAP sur le lieu de travail

⏱️ Instaurer des heures d’ouverture / fermeture des Slacks et Mails : inutile de solliciter vos équipes la nuit ni le week-end !

🚲 Favoriser à la fois le sport et le zéro carbone en incitant le personnel à venir travailler en vélo : créer un parc à vélos sécurisé, financer l’achat de vélos électriques, mise à disposition de vélos à titre gracieux, challenge du salarié qui effectue le plus de kilomètres dans le mois

🏋️ Coaching sportif en entreprise

Qualité de Vie au Travail 🧘

Il y a quelques semaines se tenait la 18°semaine de la QVT. Sur les 84 prestations proposées par le réseau Anact Aract, 14 étaient liées à une thématique RSE management : manager demain, manager à distance, repenser la relation managériale post Covid, espaces de travail et coopération, management avec les collaborateurs externes… Tout ça pour dire qu’un RSE management, c’est un management qui passe par l’intégration pleine et entière des nouvelles normes QVT : co-voiturage, prestations périprofessionnelles et sociales (restauration, salle de repos, crèche, sport, loisir), organisation de télétravail...

On voit que les questions managériales sont en plein mouvement, posent question, bougent leurs lignes. C’est pour ça qu’on en parle chez Permis de bouger d’ailleurs… Une pratique de RSE management, c’est avant tout un mode de management adapté, participatif, respectueux de ceux qui font l’entreprise. Car pour reprendre une nouvelle fois Cédric Wattine, l’entreprise n’existe pas. Ce n’est pas quelque chose de physique, c’est une entité morale. Ce qui existe, ce sont les individus qui la composent, qui décident par leur libre arbitre de rester (ou de partir) Le RSE management, c’est donc la capacité de fédérer ces individualités dans une culture d’entreprise, une histoire, un branding, une marque porteuse de valeurs pour eux. 

Pour les salariés comme pour les équipes managériales, c’est une véritable révolution, un changement de paradigme qui peut à la fois faire peur et fasciner. Et nous perso, ça nous fascine ! 🤩

Lire aussi :

Spectacle de Dron-isos : quand l’art illumine le ciel ⚡

May 28, 2021

Plateforme impact : la transparence impulsion !

July 6, 2021

Du textile recyclé comme marque de FabBRICK

August 23, 2021

Quête de sens en entreprise ? 🤨

June 23, 2021